Posté par le Mai 21, 2018 dans Casino |

Le bilan de l’exercice 2016 enregistre une baisse des activités pour les casinos terrestres français. A cela s’ajoute la fermeture des cercles parisiens qui a largement touché la conjoncture des jeux en France. Rien ne va plus pour les casinotiers qui pourtant ne cessent d’innover et de restructurer pour assainir leurs situations financières et booster leurs exploitations. Le produit brut des machines à sous connaît un recul plus important que la baisse enregistrée pour les jeux de table. Pour soutenir les établissements français en cette période difficile, le gouvernement montre un peu de souplesse.

Le bilan 2016-2017

Le Produit Brut des Jeux (PBJ) pour l’ensemble des casinos de France pour l’exercice 2016 s’élève à 2,123 milliards d’euros. Par rapport au bilan de l’année 2015, une baisse de 2,6 % est constatée. D’un point de vue général, ce recul est moins catastrophique que la baisse de 4,1 % comptabilisée lors de l’exercice précédent.

Cependant, ce résultat prend en compte les revenus de quatre nouveaux complexes de jeu qui ont ouvert leurs portes à Fréjus, Larmor-Plage, Fort-Mahon et Casteljaloux. Au cours de l’exercice 2013-2014, un seul établissement a dû fermer, il s’agit du casino de Cauterest. Les recettes des casinos terrestres de France ne cessent donc de reculer.

Les détails de la baisse

Pour 2016, le produit brut des machines à sous enregistre une baisse de 3,1 % par rapport à l’année précédente. Il faut souligner que les résultats de l’année 2013 ont également connu un recul. Les bandits manchots apportent la grande majorité des revenus pour les établissements de jeux. Cette baisse est la preuve qu’il y a actuellement une désaffection pour les machines à sous.

Concernant les jeux de table tels que la roulette, le black jack ou le poker, un regain d’intérêt est enregistré. En effet, les casinos de France comptabilisent une légère hausse des recettes par rapport aux exercices précédents. Ce regain d’activité est lié à l’installation des tables électroniques dans les salles des établissements de jeu.

Le gouvernement montre sa volonté à soutenir les casinotiers français dont les activités déclinent année après année. Pour ce faire, il autorise l’exploitation de nouveaux jeux par les casinos. Il est encore trop tôt pour savoir si ces nouvelles activités seront bénéfiques ou non, mais cette possibilité reste une bonne nouvelle pour les établissements. Par ailleurs, les petites structures vont profiter des aménagements fiscaux mis en place pour les aider à renouer avec la croissance.