Posté par le Déc 15, 2012 dans Casino |

La crise économique est partout, certains casinos s’en sortent mieux que d’autres. Les casinos de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et Saint-Jean-de-Monts font parties des plus chanceux. Ces deux casinos continuent de recueillir les fruits de leurs investissement. Avec un nombre de machines qui augmentent de plus en plus passant de 100 à 119, le reste de l’argent a été investit dans plusieurs rénovations. Celle du bar, du restaurant en passant par la discothèque et tous les autres activités ne sont pas épargnés. C’est plus de 9% en progression sur le chiffre d’affaires des casinos. Le pourcentage de fréquentation a également changé. En effet, c’est 10.5% de plus que l’année dernière.

Le casino des Pins a quant à lui beaucoup souffert. Le temps et la neige a fait baisser la fréquentation du casino. Les intempéries de 2010 ont été très mauvais. D’après le directeur Pascal Bardouil. Il faudra rattrapé l’année dernière sur l’année de cet été. « On limite les dégâts avec une bonne saison estivale. Le produit brut des jeux ne baisse que de 2%. Le nombre de visiteurs est presque stable. En juillet, grâce à l’été, nous avons fait fort ! » ajoute Pascal Bardouil mais il admet que « Dès le mois d’août, les effets de la crise se sont à nouveau fait ressentir. Les gens viennent moins et réduisent leur budget. »

Un coup dur pour le casino des Pins.

Le casino des Atlantes vit les choses sous un différent angle. D’après Hervé le Cam, directeur de l’établissement. « Le casino fait toujours rêver. Mais le pouvoir d’achat est plus faible. »

Autant de visiteurs que l’année dernière avec 153.000 qui les dépassent largement. Cependant moins d’entrée d’argent arrivent dans les caisses. « Depuis cinq ans, nous connaissons une décroissance ».

Tous les casinos admettent que les nouvelles lois sur les jeux en ligne et l’arrivée de l’ARCEP ont été après tout ce temps digérés. Le passé appartient au passé mais les conséquences de cet impact sont toujours là avec la fin du droit au tabagisme, aux contrôle des entrées. Hervé le Cam affirme également que généralement « Dans un groupe, il y en a souvent un qui n’a pas ses papiers. On est obligés de le refuser. On doit aussi protéger nos clients. »

En Vendée les casinos bougent et pas qu’un peu. Même s’ils proposent tous un esprit conviviale et familial. Tous les casinos souffrent de la crise. C’est un fait et avec l’économie actuelle, les choses risquent de ne pas changer.